Ce mardi 10 décembre, opération inédite à Rome : la présentation du nouveau document Le don de la fidélité, la joie de la persévérance : Demeurez dans mon amour… (Jn 15,9) de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique, est faite en streaming sur Youtube. S’adaptant à ses auditeurs répartis dans le monde entier, le secrétaire de la Congrégation, Mgr Carballo débutera son intervention par un sonore “Bonsoir, bonjour et bonne nuit !

C’est à la sous-secrétaire de la Congrégation, Soeur Carmen Ros Nortes, NSC, que reviendra d’introduire l’après-midi et de rappeler que Le don de la fidélité, la joie de la persévérance relève de la catégorie des Orientations. À la suite de la réunion plénière du dicastère qui avait traité en 2017 de la question de la fidélité et des abandons de vocations, il avait été demandé d’avoir un tableau précis du phénomène d’une part, des orientations pour endiguer ces abandons d’autre part. Le document était prêt depuis plusieurs mois mais sa présentation avait été reportée en raison de la pandémie.

Annonce de la présentation de la rencontre

L’annonce de la présentation de “Le don de la fidélité, la joie de la persévérance”

Après sr Carmen, c’est le préfet de la congrégation, le Cardinal João Braz de Aviz, qui présente brièvement les convictions qui sous-tendent le document : il rappelle tout d’abord que

La fidélité est la façon d’être” Dieu et non notre façon d’être : c’est Dieu qui est fidèle, nous, nous ne sommes pas fidèles. Cela nous donne une grande joie : Dieu, depuis qu’il a prononcé son premier mot, sa seule Parole dans le Fils, Dieu a toujours manifesté sa fidélité à l’homme et à la femme.

Mais porter les fruits de cette fidélité demande la patience, la capacité de rester sur le chemin. Et le cardinal rappelle les paroles du pape François : “C’est bien de pouvoir rester là où nous sommes parce que si nous partons, le Seigneur vient pour nous consoler et il ne nous trouve plus. Il peut nous consoler, il peut montrer son amour pour nous si nous sommes là où il nous a appelés.”

On comprend alors toute l’importance de la formation avec ses deux points fondamentaux : son premier objectif est de faire “ressortir” le disciple de Jésus, c’est-à-dire de “former le disciple” de Jésus et de lui permettre d’entrer ainsi dans la fidélité de Dieu. Alors il pourra apprendre à saisir tous les signes qui nous sont donnés pour que notre réponse à l’appel de Dieu nous aide à cheminer.

Après le rappel des convictions qui ont guidé le travail de la Congrégation, c’est à son secrétaire, Monseigneur José Rodriguez Carballo, OFM, que revient le soin de présenter l’analyse des éléments sur les abandons de la vie religieuse ou consacrée. L’orateur prévient d’emblée que ce sera une analyse “très sereine, détaillée en tenant compte des différentes situations pour ne pas risquer des jugements faciles qui pourraient décrire la réalité”. Sans doute tous ceux qui assistent à la rencontre ont-ils été frappés comme moi par le caractère effectivement tout à la fois lucide et serein de l’analyse. Deux convictions le permettent : le refus de considérer que tous les abandons rapportés sont normaux mais aussi le refus de considérer que les conditionnements sociaux – si souvent invoqués – en sont la cause.

Analyse des chiffres d’abandons selon leur provenance, examen de leurs causes, points d’attentions sur les propositions vocationnelles et la formation initiale : dans les prochains jours, nous reviendrons en détail sur cette intervention remarquable et notamment sur l’insistance mise sur la formation et les formateurs.

Le professeur Maurizio Chiodi

Le professeur Maurizio Chiodi

Pour élargir le regard au discernement et à la formation des consciences, c’est ensuite l’intervention du Prof. Maurizio Chiodi, professeur de théologie morale à l’Institut Pontifical de Théologie Jean Paul II. Il tente de montrer comment le phénomène des abandons de vocation, expérience douloureuse et difficile, pourrait se transformer en une opportunité. L’exposé remarquablement construit du professeur Chiodi insiste sur l’importance du discernement comme point de rencontre entre morale et spiritualité : alors serait surmontée la séparation entre les deux dont l’Église a tant souffert depuis longtemps.

Enfin, c’est le prof. Luigi Sabbarese, enseignant à la faculté de droit canonique à l’Université urbanienne qui se penche sur la pratique du Dicastère dans le discernement et l’accompagnement des cas de séparation d’un institut. C’est en effet la première fois qu’un document tel que Le don de la fidélité, la joie de la persévérance comporte toute une partie sur la pratique de la CIVCSVA dans l’application des normes. Elle a été conçue pour aider de manière très pratique les supérieurs dans le processus difficile d’accompagnement et de discernement qui leur incombe quand il y a séparation dans leur institut, qu’il s’agisse de sortie ou de renvoi. Il n’est pas étonnant alors que dans la conclusion de cette après-midi de présentation, le sous-secrétaire de la CIVCSVA, le P. Luigi Nava dise que ces Orientations veulent être une aide à la gouvernance d’un Institut.

Pour finir, le cardinal Braz de Aviz donne rendez-vous pour une prochaine rencontre le 18 février prochain. Si l’on ne peut souhaiter que la pandémie restreigne encore les déplacements et les rencontres, remercions la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique d’avoir permis à un très grand nombre de suivre la présentation de Le don de la fidélité, la joie de la persévérance. Nous reviendrons dans les prochains jours plus en détails sur ce texte.

Rappelons que la vidéo de présentation est disponible sur la chaîne youtube de la CIVCSVA à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=3Glw6KT0_LQ ou sur le site de la Congrégation : http://www.congregazionevitaconsacrata.va/content/vitaconsacrata/it.html.